Siguiri expulsion des burkinabé : LE PRÉSIDENT DE DISTRICT DE KOUREMALÉ ACCUSE L’AUTORITÉ PRÉFECTORALE.

209

Après plusieurs tentatives de rapatriement des burkinabè travaillant de façon illégale dans les mines artisanales  guineen, , le préfet actuel colonel Moussa Condé vient de prendre une nouvelle décision conformément au décret du président de la république dans le cadre de la lutte contre destruction de l’environnement

une concertation des cadres préfectoraux de siguiri  sur la  situation a présenté une  situation  très  grave  dans  ces mines  . il a été décidé ainsi par le préfet d’interdire aux ressortissants burkinabès d’exercer dans ses mines vu quils  que leurs  techniques d’exploitations est contraire aux  normes édictées et affecte dangereusement la  nature sur cette  partie de  siguiri.

Au niveau de la frontière  point d’entrée de ces citoyens des mesures  sont  prises  notamment l’interdiction aux taxis motos de  rouler sur  cette  localité  ces derniers sont  jugés complices  de ces burkinabés qui contournent la  frontière pour  s infiltré dans les mines du côté kouremalé .

Déjà 95 burkinabès on été récemment déposés hors de la frontière de kouremalé.
Chose qui cause de nos jours la colère du président de district de kouremalé Badamako Adama keita,car selon lui, déposer les burkinabès à kouremalé du Mali, c’est enlever l’eau sur la tête et déposer sur les épaules. Dans la mesure où ces mossis, le jour où on les rapatrie,c’est le même jour qu’ils retournent en Guinée :《 si vous voyez que ces mossis ne quittent pas la Guinée, c’est nos propres autorités car ils prennent pas de dispositions nécessaires. Il ya deux kouremalé, la partie guineene et malienne. Et une fois arrêter les burkinabès, c’est à kouremalé mali où ils les déposent ,et la conséquence c’est sur nous, car ils ne vont pas chez eux .Alors qu’ils agissent très mal sur notre environnements. A savoir :le remplissage du lit des rivières, la coupe abusive des bois sans parler des produits chimiques qu’ils utilisent sur les minerais pendant le lavage. Chose qui détruit l’environnement. L’autorité préfectorale devrait donc nous venir en aide en nous offrant des agents qui pourront nous aider dans le cadre de la surveillance de notre territoire. 》A t-il brandit.


Présentement, nous constatons une véritable confusion dans la stratégie établie par les forces de l’ordre sur le terrain. Car hier une compagnie de plusieurs pick-up s et un camion de force de l’ordre a fait une patrouille dans la quelles bon nombre de motos ont été emportées au camp de siguiri ;Car selon le président de district, plusieurs motos confisquées auraient pour propriétaires jeunes originaires des autres préfectures de la Guinée à l’image par exemple de Farana.

En bref, plusieurs personnes apprécient cette décision du président, même si une manque de confiance reste remarquée envers les hommes de terrain qui ont mainte fois entamé ces patrouilles.
Affaire à suivre !

De siguiri, Ibrahima Oulen Sanacia Fofana pour wwwguineeconstat.com

Comments are closed.