Macenta : LE GOUVERNEMENT GUINEEN SE SOUMET EN FIN A LA RECLAMATION DES JEUNES…

228

Les jeunes qui manifestaient dans la préfecture de Macenta pour le bitumage des voiries urbaines peuvent finalement se frotter les mains. Les machines destinées au démarrage des travaux ont commencé à débarquer ce lundi 7 septembre 2020 pour enfin lancé les activités.
Selon nos informations, deux machines sont déjà en face du bloc administratif du préfet en attendant l’arrivée des autres. Le maire de la commune urbaine de Macenta que nous avons interrogé confie :
« Les travaux vont effectivement commencé. Il y a déjà deux machines gradeurs qui sont arrivé et nous sommes maintenant à l’attente des chargeurs pour commencer les travaux. Dès que les chargeurs vont rentrer, nous engageons les activités », confie Enego Guilavogui tout en, rassurant qu’il s’agit bien des travaux de bitumage.
‘’C’est pour les travaux de bitumage. Mais vous savez que pour faire le bitumage, il faut d’abord faire le reprofilage. Donc nous allons commencer par ça’’, rassure-t-il.
Cependant les jeunes doutent pour le moment des activités qui seront entreprises. Selon eux, ils ont réclamé le bitumage et non le reprofilage.
«Je suis resté là le matin, quand une machine conduite par une remorque est arrivée. La machine a été débarquée et la remorque s’est retournée. Cela trouvait qu’il y avait déjà une autre machine qui était là. Mais le problème chez nous, il ne s’agit pas de venir juste débarquer les machines. Est-ce qu’il s’agit réellement du bitumage ou d’un simple reprofilage ? Puisque nous nous avons demandé le bitumage des voiries urbaines. Donc s’il s’agit de venir mettre la terre rouge dans la ville, les autorités doivent d’attendre à de nouvelles manifestation », soutien Pépé Guilavogui, l’un des protestataires.
En ce qui concerne la disparition d’Antoine Béavogui, leader du mouvement des jeunes, le maire a rassuré que le préfet a tout donné pour des recherches.
‘’Le préfet a mis une voiture à la disposition des jeunes. Il a même signé leur ordre de mission avec le commissaire centrale adjoint, le chef de peloton, et deux autres jeunes, pour aller vérifier dans les lieux de détention. Les jeunes ont préféré contacter la société orange pour vérifier avec qui Antoine a fait la dernière conversation’’, confie Enego Guilavogui.
Les jeunes pour leur part, menacent toute personne qui serait impliquée dans l’enlèvement d’Antoine Béavogui. Ils disent que les enquêtes sont en cours pour trouver les responsables.
« Nous sommes en train de faire des enquêtes par rapport à la disparition d’Antoine Béavogui. Vous savez aujourd’hui personne n’a une information sur lui. Ni sa famille, ni ses proches. Et l’autorité également dit ne rien savoir sur cet enlèvement. Mais nous menons nos petites enquêtes. S’il s’avère que l’autorité, le préfet est responsable ou qui que ce soit, on demandera son départ de Macenta et il quittera immédiatement dans les 24h qui suivent », menace Pépé Guilavogui.
A suivre !
Jean Damaris, correspondant régional de Guineeconstat.com
A Nzérékoré.
Tél. 00224 666 47 10 11

Comments are closed.